La sopa de Bishana des Kamentsas

Nous avons découvert les Kamëntsa chez Benjamin et mama Charo à Sibundoy. Benjamin, un homme au grand coeur, tour à tour chauffeur, mécanicien, éleveur, agriculteur, chef de sa communauté et chaman, nous a fait découvrir ce peuple indigène, vivant dans la vallée entre Pasto et Cocoa.

Au 16ème siècle, leur population avoisine les 9000 individus, mais une épidémie apportée par les colons Espagnols ravage la population. Vers 1615, il ne reste plus que 700 individus.

Aujourd’hui, la communauté Kamëntsa compte de nouveau plus de 8000 personnes, mais ses traditions ancestrales se perdent peu à peu depuis l’arrivée des « blancs » dans la vallée il y a 100 ans. Les maisons au toit de chaume des montagne ont été désertées pour la « ville », et l’habit traditionnel n’est plus utilisé au quotidien.
Il est cependant encore fièrement arboré pour les grandes occasions comme le Carnaval del Pardon, 3 jours avant le mercredi des cendres.

Leur artisanat reste aussi bien vivant : des bijoux de perles sont portés par les femmes, et on peut admirer leurs curieuses statues de bois sur la place de l’église.
Comme tous les indigènes, ils bénéficient de nombreux avantages sociaux en Colombie: les universités ont un quotat de place pour les accueillir, et ils obtiennent systématiquement des bourses d’études. La santé est entièrement prise en charge par l’état et est gratuite.

Voici maintenant leur plat traditionnel, cuisiné par mama Charo, la sopa de Bishana (soupe à base de blettes et haricots).

INGREDIENTS:
– lomo de boeuf, avec son os
– carottes
– flageolets
– oignons longs
– blettes
– maïs de choclo ( en graines) et molido ( concassé)
– pommes de terre
– sel, colorant artificiel
– coriandre

PREPARATION:
Faire bouillir de l’eau.
Y plonger les carottes coupées en petits morceaux, les flageolets, les grains de maïs de choclo, l’oignon et l’os du boeuf.
Préparer les blettes: ne garder que les parties vertes.
puis rajouter le maïs molido, les pommes de terre, et laisser mijoter environ 1 heure.
Rajouter la coriandre et le colorant artificiel dissous dans de l’eau froide.

Préparer de la viande en accompagnement: couper les filets de boeuf très fins, et les laisser mariner dans de ail, du sel, du poivre et du persil.
Puis la saisir au feu vif.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Colombie, Cuisine, Culture, Rencontres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La sopa de Bishana des Kamentsas

  1. photoleon1 dit :

    Sympa cette rencontre de cette communauté. Biz

  2. Lefebvre dit :

    Vous nous ouvrez l,appétit,au sens propre comme au sens figuré
    On vous accompagne dans votre aventure
    Bisous
    Mamy papy

  3. Bravo !! Ici c’est l’été, barbeccue et ratatouille … rien de nouveau – Gros bisoux à vous deux

  4. lepueblo dit :

    Super de découvrir des communautés, c’est l’essence même de l’échange. Ça c’est la meilleure partie d’un voyage je trouve!! Merci pour ces belles photos et ce partage!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s