Galères et bateau de croisière au sud de l’Equateur

En lisant vos commentaires, nous avons l’impression de vivre au paradis. Il est donc grand temps de vous raconter l’envers du décor.
T – « Ça, c’est sûr ! C’est pas la fête tous les jours avec mes deux compagnons bipèdes ! »

Après les volcans enneigés et lagunes du nord de l’Equateur, nous traçons la route vers le sud, en empruntant la panaméricaine.
T –  » Ne me rappelez pas cette 2×3 voies, autoroute de l’enfer! Vous vous souvenez de la vitesse des camions? Du haut de mes 20 km/h, j’étais obligé de me réfugier sur la bande d’arrêt d’urgence. Une chance qu’aucun d’eux n’ait fait d’écarts!
D – Et les pots d’échappements… Laetitia et moi, on en a bouffé de la fumée noire. Ils roulent vraiment avec une essence pourrie ici.
L – Oui, enfin bon, le pire, c’était quand même la route à 2 voies qui a suivi. Plus de bande d’arrêt d’urgence, obligés de se taper les bas-côtés escamotés. En plus, on avait du brouillard un jour sur deux, et on voyait pas à deux mètres.
T – J’en tremble encore! Les automobilistes ne voyaient ma carapace que quelques mètres avant de nous croiser!
L – A ce moment là, j’ai bien failli tout plaquer et rentrer en France. David n’aurait pas pû me retenir… »

Après quelques jours de repos et un bon resto à Cuenca, nous reprenons la route le moral à bloc. Nous nous engouffrons dans un canyon pour descendre jusqu’à l’océan Pacifique, à la frontière avec le Pérou.
L – « Aaaah, quel beau canyon. Tout aurait été parfait sans ce foutu vent de face, heureusement qu’on était en descente. Et puis il y a aussi ton bivouac, David…
D – C’est bon, on ne va pas revenir dessus ! Elle n’était pas indiquée sur la carte, la centrale électrique en construction.
L – On était quand même dans un village de 4 maisons, entourés de dizaines de baraquements d’ouvriers…
D – Oui, mais on a fait de belles rencontres.
T – Et tous les enfants du village sont montés sur mon dos. parfois même deux à la fois ! »

Nous rejoignons la région de Machala, célèbre pour ses plantation de bananes. Il y fait chaud. Très chaud. Trop chaud.
L – « Il y avait pleins de moustiques. Ça m’a gratté pendant des jours et j’avais des grosses plaques rouges sur les jambes.
D – Moi, ce qui m’a le plus marqué, c’est la croisière pour voir les baleines.
T – Quand j’ai vu ce clown vous souhaiter la bienvenue à bord, j’étais bien contente d’être restée au garage.
L – A 20 sur ce petit bateau de croisière, avec un moteur sur 2 en rade, ça sentait le plan foireux.
D – Sans surprise, nous sommes restés quelques heures naufragés en pleine mer, sous un soleil de plomb. Faut dire qu’ils s’étaient approvisionnés en essence coupée à l’eau.
L – Heureusement qu’un militaire était réquisitionné en cas d’attaque par des pirates. Il a su gérer la situation.
T – Et quand vous avez cherché un hotel une fois revenus à terre. La tête que vous avez tiré lorsque le premier réceptionniste vous a proposé une chambre pour une heure ou deux !
D – Le deuxième hôtel n’était pas mieux. Le réceptionniste ne nous a pas rendu notre monnaie, et a même menti devant sa patronne. »

Rapidement, nous passons la frontière. Le nord du Pérou a mauvaise réputation à cause de braquages à main armée dirigés contre les cyclotouristes. Nous prenons donc le bus jusqu’à Trujillo.
T – « Tout le monde vous avait prévenu que les vols dans les bus étaient fréquents.
L – On t’avait quand même installé nous-même dans la soute, après nous être assurés que le trajet était direct. Et nous avions gardé en cabine tous les objets de valeur.
T – Rien à faire! Le bagagiste a fouillé toutes mes saccoches pendant la nuit, et est parti avec tout votre argent de secours.
D – Heureusement que nous nous en sommes aperçus tout de suite. J’ai négocié sévère pendant toute la matinée, Laetitia en pleurs, et le directeur de l’agence a accepté de nous rembourser.
L – Tu étais sacrément énervé. Nous étions contents d’arriver enfin dans la maison de cyclistes de Lucho, où l’accueil était au top. »

Publicités
Cet article a été publié dans Culture, Equateur, Pérou, Rencontres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Galères et bateau de croisière au sud de l’Equateur

  1. Cat dit :

    Superbe comme d’hab! Tres sympa le changement de ton! Tres drole! Et puis l’envers du decor ne m’empechera pas de penser que vous etes mieux lanou vous etes que l’es lave d’un boulot! Bizzzz

  2. alexjmlopez dit :

    Trop bien!! Genial l interview!!

  3. hph dit :

    un train en zig zag vous en emprunterez un à Cuzco si vous allez au Machu Pichu, ce que jevous conseille, incontournable
    biz

  4. photoleon1 dit :

    Bah l’envers du décor a l’air pas mal aussi. Plein de rencontres et de souvenirs. Biz. Eric

  5. cw maillet dit :

    bon en fait ,tant qu’il y a de la bouffe , tout va pas trop mal !!!!bon courage pour la suite de vos aventuresbises

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s